Partagez | 
 

 Le masque tombe [PV Aya Maoru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hibari Kyoya

avatar

Messages : 11
Points : 19
Date d'inscription : 28/04/2012
Localisation : Entre les Crocs de Cheshire

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Race: démon
Pouvoir:
MessageSujet: Le masque tombe [PV Aya Maoru]   Dim 29 Avr - 18:45

La peur insolite




Hibari Kyoya, ou démon lieutenant de l'armée, a toujours été un homme fougueux, tenace, même s'il semble blasé de la vie. Aussi tôt qu'il se souvienne, il a toujours montré une passion débordante pour les combats, et particulièrement pour les défaites de ses adversaires. Il aime mordre à mort quiconque ose le déranger, le défier, porter atteinte à sa bonne humeur pas toujours visible. Et malgré tout, il y avait bien des situation ou Hibari Kyoya, qui aurait pu être un homme parfais aux yeux des gens passionnés et sauvages, avait bien des défauts, et quelques craintes des plus insolites aussi. L'une d'elles résidaient en un simple geste...prendre le bus. Enfin, en avoir peur était un bien grand mot, car c'est connu, le Lieutenant Kyoya est invincible et n'a peur de rien...oui, de rien sauf prendre le bus, qui le mettait dans un état second. Il n'en avait pas peur comme quelqu'un aurai peur d'une araignée, il ne s'enfuyait pas en voyant un bus arriver...Mais cet espace restreint, empli de monde le faisait suer plus que de normal, il était anxieux. Aucunement malade lors des transports en commun, la simple présence d'humains et autres espèces l'indisposait. Vous allez me dire...alors qu'il ne prenne pas le bus...oui, mais Lieutenant signifie qu'il y a toujours une personne plus haut gradée que nous...et ce jour là, Hibari Kyoya, homme si fort et désirablement dangereux ...n'avait jamais autant haït son supérieur.~

Cette tragédie Hibarienne avait commencé un des jours signifiant le début de l'Automne, plus précisément dans le bureau de son supérieur. Celui-ci assis à son bureau, le Lieutenant Kyoya Debout, ils échangeaient des paroles...ou plutôt non, il n'y avait aucunement échange, puisque seul l'une des personnes parlait. Hibari était plutôt occupé à trouver une quelconque activité capable d'occuper son esprit le temps de cette entrevue, sous peine d'arracher la tête à son interlocuteur. Promenant son regard étrange sur la pièce, puis sur la fenêtre, il songea un instant à se forcer à se préoccuper du sort de l'oiseau là bas, aux griffes d'un chat...mais c'était trop. Le regard menaçant, Hibari se tourna vers son supérieur, et d'un claquement de langue sec afin de faire taire la personne, il parla.

- « Je suppose que tout ce que vous êtes en train de me déblatérer se trouve à même cette lettre posée sur votre bureau à mon attention. Puisque tout y est inscrit, je ne vois aucunement la raison de vos couinements infâmes. Je pense aussi que vous ne me lâcherez pas avant que j'accepte votre mission, aussi indésirable soit-elle, alors soit, j'accepte. »


Coupant net le flot de paroles du chef, Hibari prit la lettre, tourna les talons sans prendre la peine de la lire, et gagna ses quartiers afin de se préparer. Souhaitant passer pour un simple humain auprès de la civilisation sous peine de mettre à mal la mission, l'homme aux cheveux foncés prit une douche avant de se vêtir de quelque chose de normal. Les cheveux encore trempés, les gouttes dégoulinant sur son sweat noirci avant de s'écouler au sol, prêt de simples chaussures, ayant au passage frôlés un jean...Le tout lui donnait un air humain craquant, jeune, en aucun cas démoniaque. Tant mieux. Il vagabonda ensuite quelques temps dans les couloirs afin de trouver la sortie du QG militaire, et s'engagea sur le sentier menant au centre ville. Alors là, et seulement là, il prit la peine d'ouvrir l'enveloppe et lire...Et tout le monde su qu'un être démoniaque était tout à fait apte à imiter un rugissement de tigre à la perfection. Un rugissement de colère, il va de soi. De l'autre côté du QG, un homme souriait, assis à son bureau.
- " Je pense que ça va lui plaire...."



Hibari Kyoya, vêtu d'un sweat à capuche noirci, d'un jean, avait une main dans les poches, l'autre tenant une barre de fer. La même barre que celle dans les bus. D'ailleurs, c'était une barre qu'on trouve dans les bus. La mâchoire crispée, le regard fuyant, une perle salée de sueur coulant le long de sa tempe, le démon n'était pas à l'aise. Le gamin à côté de lui le fixait comme s'il n'était pas humain, chose qu'il n'était pas il est vrai, mais qu'importe, son regard stressait davantage le pauvre homme. Ses ennemis se seraient bien foutu de sa gueule s'il l'avaient vu comme ça. Qui aurait cru que le grand, le fort, le brave et l'invincible Hibari pouvait se mettre dans un tel état rien qu'en se trouvant dans un bus ?
Ce côté mal à l'aise lui donnait une touche plus...accessible si on peut dire. Plus humain aussi. Enfin le bus s'arrêta, permettant à l'homme aux tonfas de reprendre un brin d'assurance. Passant une main dans ses cheveux, il soupira et promena son regard aux alentours. Une personne le fixait (celui qui répondra). Il haussa les épaules et attendit un instant que le bus reparte, puisque sa station d'arrêt n'était pas encore dans les trois prochaines.

Plus le temps passait, plus Hibari avait l'impression d'être épié par cette personne...ce qui n'était pas forcément le cas, il le savait, mais cette situation le rendait paranoïaque, lui qui d'ordinaire est si "je m'en foutiste"...Ne tenant plus, il esquissa deux trois pas mal assurés dans le bus vers ladite personne. D'une voix se voulant ferme mais qui trahissait son manque d'assurance et son anxiété (ça le rend charmaant ** ), il fronça les sourcils.

- « Q...Qu'est-ce tu veux ?»

Lorsque le bus rencontra un dos d'âne, il tendit une main vers une nouvelle barre en fer rapidement, avant de venir s'y coller le dos, dans une recherche de stabilité, une sueur d'anxiété coulant le long de son visage...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aya Maoru

avatar

Messages : 191
Points : 320
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 21

Feuille de personnage
Âge: 17ans
Race: Démone
Pouvoir:
MessageSujet: Re: Le masque tombe [PV Aya Maoru]   Dim 29 Avr - 19:37

Lorsque la démone se réveille, méfiez-vous...


En cette journée ensoleillée, j’avais un jour de congé. D’habitude, je le passais dans un centre de
[center]relaxation ou chez moi mais aujourd’hui, j’avais décidé de voyager dans la ville. Les rues étaient bondées, sur la grand-place, les vendeurs faisaient la pub de leurs produits. Le bruit. Une des choses dont j’ai horreur. Et quand je dis horreur, le mot est faible… Mais j’avais tout prévu. Dans ces rues, mes cheveux blancs argentés ne passent pas inaperçu. Parmi les chevelures burnes, noires, châtaines, blondes, rousses, ect la mienne est un vilain petit canard. Le temps était radieux, j’avais attaché mes cheveux et les avais camouflé sous un foulard qui en cachait la majeure partie. Ce foulard, grâce à ses couleurs, réussissait à duper les humains mais je sentais toutefois, des regards dans ma nuque, ceux d’autres êtres non humains. Je portais rarement des jeans mais aujourd’hui, j’en avais enfilé un, juste par envie… Un jeans noir et un T-shirt de couleur clair, voilà les vêtements que je portais. Une paire de lunette de soleil me permettait de camoufler mes prunelles sanglantes. Mais ma peau trop claire, me trahissait quand même un peu. Plus claire que la normal mais toutefois moins blanche que celles des vampires …. Des boucles d’oreilles se trouvaient sur mes lobules d’oreille.


Imaginez, un cœur de diamant, le diamant le plus clair, le plus pur que l’on peut s’imaginer… Ceux que je portais rappelaient un cœur en diamant mais à une différence près, il n’avait rien de claire ni de pure. Ils étaient noirs, aussi noirs qu’une nuit sans Lune ni étoiles. Mon errance m’amena à un arrêt de bus. Je soupirai. Le bus : encombrant, peuplée, étouffant…Tel était ma définition de ce genre de transport. Un petit défi me traversa l’esprit. Combien de temps serais-je capable de passer dans un bus sans craquer ? Un sourire malicieux se dessina sur mes lèvres. Pour ma chance, un bus approchait, je décidai de mettre mon défi en place.

-« Allons y !! »

Me dis je à moi-même. La machine s’arrêtait, elle était bondée. Je souris encore plus en montant dans celle-ci et me frayais un chemin parmi cette foule. Je n’éprouvais pas beaucoup de difficulté. Apparemment, il était moins bondé que d’habitude. Je laissais mon regard glisser un peu partout, cherchant un endroit plus ou moins tranquille. Je m’approchais d’une barre en fer près d’une fenêtre. Cette place qui pourtant était prisée aujourd’hui était étrangement vide…Je n’allais pas en chercher la raison et je n’avais pas besoin d’un carton d’invitation pour lui enlever son statut « libre » . Une main sur la barre , j’étais adossée à la fenêtre. Mon regard observait les personnes dans le transport. Je portais une main à mes lunettes et les enlevait.

°Tant pis, trop sombre et pas confortable avec c’est lunettes…°
En relevant les yeux, je m’arrêtais sur un drôle de personnage. Il donnait l’impression d’être très , très, très mal à l’aise. Je repérais de la sueur sur son visage. Certes, il ressemblait à un humain plus ou moins ordinaire. Il s’était bien camouflé mais je ne suis pas dupe.


° Un démon…°

Je n’arrivais pas à m’empêcher de l’épier. Le bus continua son trajet et s’arrêta à l’arrêt suivant, quelques minutes plus tard. Ce temps d’arrêt avait visiblement permis à l’homme de récupérer un peu de confiance en soi. Le bus se remit en marche. Je l’épiais de temps en temps, laissant mon regard se promener sur les personnes à côté de lui, sur le chauffeur…
Soudain, je repérais un mouvement venant en ma direction. C’était l’homme, il fit quelques pas vers moi, il marchait d’un pas peu rassuré. Cela me fit sourire. Finalement, j’avais trouvé quelqu’un qui est beaucoup plus affecté que moi dans un bus. Il m’adressa la parole tout en fronçant les sourcils. Le faisait-il dans le but de paraître plus…autoritaire ? Il me dit :



-« Q...Qu'est-ce tu veux ?»

Je lui souris. Un sourire éclatant ponctué par la luminescence de mes prunelles. Je m’apprêtai à répliquer quand l’autobus roula sur un dos-d’âne. Je titubais légèrement mais le fait que je fus adossée à la fenêtre m’empêchait de bouger ou de tomber. L’inconnu par contre, tendit sa main vers la barre la plus proche et s’y colla ferment. Je ne remis pas mes lunettes, et m’approchai de lui en faisant attention. M’approchant d’une barre proche de la sienne, j’y appuyais son côté droit. Je souriais toujours. Cette rencontre m’avait mise de bonne humeur.

-« Je ne te veux rien de particulier. Tu devrais de détendre, les humains risque de te repérer assez vite si tu continues à faire une tête comme celle que tu fais là maintenant. »

Je rajoutais tout bas :

-« Monsieur le Dé-mon. »

Cette petite phrase, pleine de malice et d'amusement, dites dans l'unque but de lui signaler que j'avais compris sa nature.

°Un démon qui a la phobie du bus ? Pire que mon aversion ? Intéressant, très intéressant…°







_
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.x3-my-fics-neko-girl-3x.com
Hibari Kyoya

avatar

Messages : 11
Points : 19
Date d'inscription : 28/04/2012
Localisation : Entre les Crocs de Cheshire

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Race: démon
Pouvoir:
MessageSujet: Re: Le masque tombe [PV Aya Maoru]   Dim 29 Avr - 22:50

Qui es-tu pour savoir ça ?




Peut-être les regards portés sur le démons jusque là avaient été involontaires, ou alors la personne était une comédienne de talent, autant est-il que la jeune femme sembla surprise -ou tout du moins l'eut feinte- lorsque leur regard se rencontrèrent. Si le lieutenant ne se trouvait pas dans cette boite grouillante d'herbivores aussi stable qu'une planche sur un fil, il aurait sourit. De satisfaction ou d'énervement, lui même l'ignorait, mais il aurait sourit.

Il avait cherché un instant à détailler la silhouette féminine qui lui faisant face avec autant d’indifférence que c'en fut autant un trouble qu'un soulagement, son corps crispé et une sorte de grognement de frustration s'était élevé en s'apercevant qu'il ne pourrait la sonder aussi profondément qu'il l'aurait voulu à cause de l'écran noir que représentait ses lunettes. Il la sentait différente, tout son corps appréhendait sa présence, tandis que ses yeux le trompaient sur la nature de la créature devant lui. Faisant davantage confiance à cette appréhension qu'à son regard qu'il savait trompeur, l'homme en arriva à la conclusion que, comme lui, elle n'avait rien à faire dans ce bus, mêlée aux faibles humains.
Enfin, quand elle ôta ses lunettes, il poussa un imperceptible soupir : possédait-elle des pouvoirs lui permettant de connaître ses envies, ou bien n'était-ce que le fruit du hasard, le résultat était le même, toutefois, par prudence, le soldat surveillerait ses pensées à l'avenir. Sa vue aiguisée de créature démoniaque lui permit sans grande difficulté de noter deux grands yeux sanguins, des yeux captivants pour quiconque aurait plongé dedans, mais encore une fois Hibari n'était pas n'importe qui, il se contentait d'un simple frisson plaisant, alléché par la situation. Il s'était par la suite avancé vers le frêle corps qui, à n'en pas douter, cachait une personnalité bien plus imposante et intéressante que son enveloppe charnelle, posant une question banale qui le démangeait depuis un moment. Il se sentait comme épié, ce qui était insupportable, même pour quelqu'un avec un self contrôle comme le sien. S'il était vraiment épié, cela signifiait sans doute qu'elle l'avait percé à jour malgré ses efforts pour passer inaperçu. Alors qu'il semblait enfin avoir oublié son actuelle position, ce dos d'âne -ce foutu dos d'âne- le lui rappela, et il s'empressa de saisir la barre en fer, le corps comme à l'agonie, suant et stressant comme...un humain. Comme ces déchets. Là encore, il ne put que maudire son supérieur, se promettant de le mordre à mort à son retour quitte à se faire virer. M'enfin, jamais personne ne virait Hibari Kyoya ! Ce serait comme relâcher un tigre dans la Nature.

Malgré sa faiblesse, il ne la lâcha pas du regard, s'apprêtant à lui faire face à tout instant, néanmoins déconcerté par son attitude guillerette, quasi innocente. Savait-elle vraiment ce qu'il était, l'avait-elle deviné ? Avait-elle tellement confiance en elle qu'elle se permettait jusqu'à sourire ? Ou simplement...son corps détestait à ce point les humains pour rejeter sa présence, elle, simple humaine. Tant de questions se bousculaient dans sa tête...Sans broncher, reprenant un brin de contenance , Hibari la laissa s'appuyer contre la barre à son aise, se redressant.

-« Je ne te veux rien de particulier. Tu devrais de détendre, les humains risque de te repérer assez vite si tu continues à faire une tête comme celle que tu fais là maintenant. »

Ces paroles eurent le mérite d'agacer le démon, qui serra le poing autour de la barre, durcissant jusqu'à son regard, bien qu'une flamme de réjouissance brillât dedans. La simple idée d'un défis lui plaisait, il y avait bien longtemps qu'il n'avait pu user de ses tonfas -ou matraques-. Les sortir ici aurait fortement contredit sa mission, et même si un duel ne lui déplaisait pas, l'idée de nuire à son objectif premier lui était détestable.

-« Monsieur le Dé-mon. »

La malice et le plaisir qui s'en ressentait dans sa voix alertèrent le Lieutenant Kyoya. Alors elle était réellement au courant et nullement effrayé ? Un sourire nouveau étira ses lèvres. Il en oublia presque le bus, quoique sa main restait logée sur la barre et n'en bougeait pas.

- « Qui es-tu pour savoir ça ? »

Un ton déjà plus assuré, une angoisse moins omniprésente et une volonté plus grande, le démon avait bel et bien reprit du poil de la bête à la simple idée que cette journée ne soit pas aussi ennuyante qu'elle le présageait. Son sourire plus grand, plus bestial, il n'avait pas à refaire son image d'indomptable lieutenant de l'armée qu'on disait infernale lorsqu'il en prenait le commandement.

- « Mon corps t'appréhende et pourtant tu ne sembles en rien dangereuse, presqu'humaine. Tu semble visiblement avoir trouvé un meilleur déguisement que le mien. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aya Maoru

avatar

Messages : 191
Points : 320
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 21

Feuille de personnage
Âge: 17ans
Race: Démone
Pouvoir:
MessageSujet: Re: Le masque tombe [PV Aya Maoru]   Lun 30 Avr - 21:24

Faites place...





Il y a beaucoup de choses que les démons détestent. Et parmi ces nombreux faits, gestes, objets ou actions, il y en réside une que je déteste profondément. Je hais être observée. Le chasseur, c’était moi. Et les autres n’étaient que des proies, crées dans l’unique but de satisfaire ma curiosité et mon ennui. Que ce soit un humain, ou un de mes semblables, les regards appuyés avaient le don de m’exaspérés et de me mettre de mauvaise humeur. Si l’on prenait en compte le fait que l’humeur dont j’étais dotée aujourd’hui était déjà massacrante, il était presque impossible de descendre plus bas, ou du moins, c’est ce que j’avais pensé. Fort heureusement, à la fois animée par l’irritation, une curiosité avide s’éveillait en moi, animant mes pupilles rouges, désormais à découvert.

Le voir suer et pester était tout simplement exquis. Le bus... La seule chose que je ne supportais pas dans ce moyen de transport était la présence étouffante des humains. Je n’étais pas un vampire, et donc je n’avais nullement le besoin d’être près d’eux. Même si parfois, c’était tout simplement hilarant et délicieux de voir leur pauvres visages effrayés à la vue de pupilles rouges sang, froides et avides.

Je rigolais. Appuyée contre la barre, il tirait une tête de trois pieds de long. Heureusement pour lui, que l’espèce humaine avait la qualité d’être non seulement ignorante, mais aussi sourde et myope. Dommage que la fonction muette n’avait pas été comprise dans le tas lors de la création...Outch, quel regard dur...Oh, mais quel était donc ce sourire qui s’étendait sur ses lèvres ? Avait-il repris enfin du poil de la bête ? Etait-il temps de passer aux choses...sérieuses ?

- « Qui es-tu pour savoir ça ? »

Je soupirais. Un soupire identique à celui qu’aurait eu un prof désolé devant l’incapacité de son élève. Je n’étais pas déçue, loin de là, mais entre ce que je laissais voir et ce que je pensais réellement, la distance était grande. A la fois, proche et lointaine. Parfois accessible ou parfois non. Dépendant totalement de mes envies ou de mes plans. Le ton utilisé par le démon mal camouflé était moins angoissé, la confiance que nous portions dans nos gènes était revenue. Un délicieux sourire bestiale s’étendit sur ses lèvres. Je laissais mes lèvres formées un large sourire sadique. Le sourire d’un animal venant de trouver une grosse proie mais dont l’estomac gargouillait, criant famine. Dévoilant mes dents blanches, j’appuyais ma tête contre la barre du bus, mimant une expression de fainéantise.

- « Mon corps t'appréhende et pourtant tu ne sembles en rien dangereuse, presqu’humaine. Tu semble visiblement avoir trouvé un meilleur déguisement que le mien. »

En rien dangereuse ? Je me décollais et riais. Un rire aussi innocent que celui d’un nouveau né mais timbré de notes beaucoup plus profondes et sombres par moment. Une apparence en cache souvent beaucoup d’autre. Haussant des épaules, je répondis sur un ton las :

‘Oh ? Qui je suis ? Qui pourrais-je être d’autre mis à part moi-même ? Tu en as des questions !’

Je relevais les coins de mes lèvres, formant un sourire affamé et continuais toujours sur le même ton. Innocent mais plein de sous-entendus :

‘ L’habit ne fait pas le moine comme disent les petites bouchées apéritifs présentent dans ce véhicule. Que puis-je attendre de ta part en échange de mon humble réponse ? Toutes choses à sa valeur, et mes paroles ont la leur également.’

Je glissais un oeil vers la route, et constatais avec régale que nous approchions d’un obstacle de poids. Je reportais un regard hilare sur l’homme et lui glissais malicieusement :

‘Dans exactement 5 secondes, ce bout de métal à roulette va exécutée une manoeuvre diabolique. Un pivot de 90 degrés suivit d’un arrêt brutal.’

Je me collais à la barre, fléchissant légèrement mes jambes. Il suffisait de trouver la méthode la plus appropriée pour voyager et le tour était joué.

‘Attention, 3 , 2....’

Mais avant que le 1 ne sorte, l’inertie nous entraînait sur le côté, agrippée à ma barre, je ne risquais rien, mais il n’en était pas de même pour tout le monde...

‘Oups, on dirait que j’ai mal calculé mon coup....Quelle dommage, n’est-ce pas ? ‘

Je m’autorisais à un soupire faussement blasé. Cette étouffante chaleur était d’un ennui...


...au manège.







_
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.x3-my-fics-neko-girl-3x.com
Hibari Kyoya

avatar

Messages : 11
Points : 19
Date d'inscription : 28/04/2012
Localisation : Entre les Crocs de Cheshire

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Race: démon
Pouvoir:
MessageSujet: Re: Le masque tombe [PV Aya Maoru]   Mar 1 Mai - 14:24

Dans le tas d'humains qui nous servent d'amuse-gueule ...




Mêlés à cette foule d'humains naïfs, les deux démons faisaient plus que tâche. Pourtant, les faibles êtres qui s'entassaient dans le petit espace qu'était le ventre du monstre à roues comme si leur vie en dépendait étaient bien trop aveugles pour remarquer quoi que ce soit, même cette évidence qui sautait aux yeux. De toute façon, Hibari avait pu le constater nombre de fois, les gens tenaient trop à leurs habitudes, leurs croyances et leur petite vie d'herbivores pour nier le fait que les créatures surnaturelles n'habitent pas que dans les contes pour enfants, mais fréquentent bel et bien les même villes qu'eux. Aussi suffisait-il de revêtir la même apparence qu'eux pour tromper leurs sens déjà peu affûtés, et gagner leur confiance. Pitoyable. S'il n'était pas le lieutenant au visage fermé qu'aucun mots, qu'aucune situation -aussi mauvaise soit-elle- n'avaient pu déstabiliser, et s'il n'avait pas ce rôle d'éternel impassible à tenir aujourd'hui envers ces déchets, il les aurait mordu à mort depuis longtemps. C'était l'unique chose que méritait cette bande d’ignares. Non, le seul problème était qu'il n'avait pas le droit, et le baratin auquel il n'avait que peu prêté attention venant de son supérieur le stipulait à chaque fois qu'il partait en mission. Il faut dire qu'avec un homme comme lui, les précautions n'étaient jamais de trop.

Revenons à nos dites tâches. La remarque de Kyoya semblait avoir provoqué une sorte d'hilarité qu'il ne comprenait pas chez la belle inconnue. Il y avait certaines choses qu'il s'avouait ne pas comprendre, et ce qui provoquait le rire, la joie, le bonheur en faisait partie. Bien sûr, l'homme les avaient déjà ressenti, ou du moins des sentiments presque identiques, mais pour lui, le seul rire qu'on lui tirait depuis ses seize ans, était celui d'un prédateur face à son ennemi incapable de se défendre. Si plus tôt la situation lui avait semblé un instant amusante, intéressante, il était revenu à la raison : le seul mot pouvant la définir, cette situation, c'était détestable.

‘Oh ? Qui je suis ? Qui pourrais-je être d’autre mis à part moi-même ? Tu en as des questions !’

Sentant que la tirade de s'arrêterai pas là, le soldat se contenta de l'observer avec méfiance, prenant garde, prêt à se défendre au moindre geste offensif de la part de son homologue démoniaque. Loin. Très loin, elle était , maintenant, l'image de la demoiselle inoffensive. Comme quoi l'apparence ne fait pas tout, il s'était un instant rabaissé au même bas -pittoresque aussi- niveau que les insectes.

‘ L’habit ne fait pas le moine comme disent les petites bouchées apéritifs présentent dans ce véhicule. Que puis-je attendre de ta part en échange de mon humble réponse ? Toutes choses à sa valeur, et mes paroles ont la leur également.’

Là encore, seul le silence fit écho aux paroles de la femme. Les sourcils froncés, Hibari ne pu détacher son regard du sien, la sondant autant qu'il le pouvait, afin d'être prêt au moment où viendrait l'offensive, qu'il sentait imminente. Et puis si elle ne venait pas d'elle, elle viendrait de lui, mais qu'importe de qui, elle viendrait.
Se décidant enfin à ouvrir la bouche, il parla. Une voix calme, totalement maîtrisée. Le bus avait été relégué en dernier plan, il y avait bien plus à gérer actuellement qu'une angoisse passagère, même si la main ne pouvait se résoudre à quitter son ancien et toujours actuel emplacement : la barre verticale.

- « Mes questions trouveront leurs réponses qu'importe la manière, qu'elle te soit favorable, agréable, ou plus douloureuse. Je te conseille de vite faire ton choix.»

Du moins c'est ce qu'il aurait dit s'il en avait eu le temps, mais là encore, le deuxième mot n'avait pu trouver une fin honorable qu'un regard malicieux le fit taire. Il sentait le pire venir.

‘Dans exactement 5 secondes, ce bout de métal à roulette va exécutée une manoeuvre diabolique. Un pivot de 90 degrés suivit d’un arrêt brutal.’ Pendant la courte pause durant laquelle elle adopta une étrange position, il promena un regard inquiet sur la route. Bon sang, heureusement que personne ne le voyait dans cette situation. ‘Attention, 3 , 2....’

Plongeant plus sûrement une main dans sa poche, il en tira une boite violette, prêt à l'utiliser au moment ou viendrait le choc. Choc qu'il put atténuer grâce à sa prise sur la barre métallique mais aussi au corps d'un homme sur sa droite.

‘Oups, on dirait que j’ai mal calculé mon coup....Quelle dommage, n’est-ce pas ? ‘

Un regard plus noir que le jais en guise de réponse, Hibari se redressa. Cette abomination osait se moquer de lui, ouvertement en plus ? Il la mordrait à mort pour lui faire payer, jusqu'à ce qu'elle rende l'âme ! Heureusement, après cette brève fausse manipulation, le bus reprit son chemin. Justement, il allait pouvoir reprendre un brin de contenance, son arrêt arrivait. Un soupire de soulagement franchit ses fines lèvres. Sa mission passait avant tout, il devait donc l'achever avant de pouvoir mordre l'inconnue méprisable.
Sans attendre son avis, il la tira par le bras et se retint de la jeter en dehors du bus, la poussant simplement pour qu'elle en descende. Son regard se fit plus menaçant encore, si seulement c'était possible, et il la rejoint sur le trottoir.

- « Je suis en mission, stupide herbivore. Aussi tu m'accompagnes et tu ne t'éloignes pas d'un pas, que je puisses te mordre à mort aussitôt fini ! »

( pardon de la qualité, j'avais pas tellement d'inspi x D ! )


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aya Maoru

avatar

Messages : 191
Points : 320
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 21

Feuille de personnage
Âge: 17ans
Race: Démone
Pouvoir:
MessageSujet: Re: Le masque tombe [PV Aya Maoru]   Mer 13 Juin - 12:17

La petite bête semblait très...énervée. Ses regards étaient de plus en plus noirs et menaçant. Un humain normal aurait déjà eu plus que peur, mais moi, je n’étais ni humaine, ni normale. Provoquer le danger, j’aimais ça. L’adrénaline courant dans le sang, la folie, l’excitation que procure le danger, un délice, un véritable régale. Se taisant, il laissait son visage parler de lui-même. Fermé, froid, méfiant...Il ne semblait pas près de changer d’un pouce...Quel ennui.

Mais lorsque la diabolique manœuvre se mit en route, le petit animal semblait enfin se réveiller. Sans trop comprendre pourquoi, je le regardais, un sourcil hautainement haussé, plonger sa main dans sa poche...Une petite boîte...C’était...tout ? Soit. Restons prudent. Les apparences ne sont pas ce qu’elles semblent parfois être.
M’abstenant vivement d’éclater de rire, je ne le quittais pas du regard. Finalement, la présence de quelqu’un de son espèce n’était peut-être pas si ennuyeuse...Cela pouvait être même amusant...Son regard noir n’eut aucun effet sur moi. Je n’avais pas peur de lui. Par contre, un jet de hargne se fit sentir lorsqu’il m’empoignait pour me faire descendre...Comment osait-il...Me toucher... Sans ma permission. Personne n’en avait le droit ! J’affrontais son regard menaçant. Un voile sombre flottait dans les miens. Les iris rouges sang devinrent totalement écarlates.

- « Je suis en mission, stupide herbivore. Aussi tu m'accompagnes et tu ne t'éloignes pas d'un pas, que je puisse te mordre à mort aussitôt fini !


Je posais délicatement ma main sur son bras qui tenait mon bras prisonnier. M’approchant doucement, je susurrais d’une voix suave :


‘Comment oses-tu...Insecte. Non seulement tu me menaces, mais en plus, tu m’insultes en posant sur moi tes pattes...Ne me prends pas pour une idiote. Je te suivrais si j’en ai l’envie. Je ne suis pas ta prisonnière, ne te fais pas d’illusion. ‘

J’enfonçais mes ongles dans son bras et pendant ce temps, à l’aide de ma main libre, je décrochais ses doigts de mon membre. Reculant d’un pas, je le repoussais et lui tournant le dos pendant un bref instant je continuais de parler. Cette fois, d’une voix amusée :

‘Soit. Ne pose plus tes mains sur moi. Je te le ferais payer. Je vais te suivre. Ton invitation à l’air alléchante et voir ton visage menaçant et tes yeux me lancer des éclairs est...follement amusant. Monsieur le Démon.’

Haussant exprès la voix sur les trois derniers mots, je sentis le regard de certains passants. Ceci était la preuve que même lorsqu’on leur apporte les réponses sur un plateau d’argent, les humains sont incapables de les voir...Souriant, je me retournais, souriant de pleine dents.

‘ Et où devais-tu aller ? ‘

[HRP: Désoléeeeeeeee je t'ai fais attendre UU Plus d' un mois >w< ! ]








_
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.x3-my-fics-neko-girl-3x.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le masque tombe [PV Aya Maoru]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le masque tombe [PV Aya Maoru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand le masque tombe [Tour II- Terminé]
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» Masque Nain !
» tombe du commandant PARQUIN à Doullens (SOMME)
» Masque d'Oni-Link

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
» L A W ' S - K I D S :: La Ville ▬ E S P A C E RP :: Transports en communs :: Le bus-